Notez ce post

À ne pas manquer : Législatives 2024 : comment le Rassemblement national utilise le rejet de l'écologie pour séduire les électeurs

You are currently viewing À Madagascar : la réforme minière promet-elle un avenir plus vert et prospère ?

À Madagascar : la réforme minière promet-elle un avenir plus vert et prospère ?

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Planète
  • Commentaires de la publication :0 commentaire

Un nouveau code pour un nouveau départ

Madagascar est sur le point de vivre une révolution dans son secteur minier avec la promulgation imminente d’un nouveau code minier. Après douze années d’attente et de débats, ce texte, élaboré en collaboration avec la Banque mondiale, cherche à clarifier et réguler le marché.

Les nouvelles directives incluent une augmentation significative des redevances de 2 % à 5 % destinées à l’État, un signal fort pour les investisseurs et une promesse de relance d’un secteur stagné depuis le début des années 2000.

Voir également : Paris 2024 : une pétition lance un défi éthique, le retrait du foie gras des menus VIP soulève des interrogations

Des challenges persistants

Malgré ces avancées, le chemin vers un secteur minier éthique et transparent reste semé d’embûches. L’opacité et la corruption dans l’octroi des licences demeurent des défis majeurs, exacerbés par des infrastructures insuffisantes comme le manque de routes et de ports, ce qui augmente les coûts d’investissement.

Cette réalité décourage les investisseurs sérieux et laisse le champ libre à des acteurs peu scrupuleux, exploitant les ressources sans considération pour l’environnement ou le bien-être social. La spectaculaire arrestation à Londres d’un haut fonctionnaire malgache, en août 2023, illustre bien l’ampleur de ce problème.

À consulter également : À la croisée des mondes : comment l'Ifremer lutte pour la survie de nos océans dans un environnement de plus en plus hostile

Impact sur l’environnement et la société

La société civile locale se mobilise face aux risques environnementaux, notamment dans la presqu’île d’Ampasindava où les dégâts écologiques causés par l’extraction des terres rares sont déjà visibles. Cette mobilisation souligne l’urgence d’une régulation efficace et respectueuse de l’écosystème et des communautés locales.

Le projet d’exploitation d’ilménite et de zircon à Base Toliara est un autre point d’attention. Gelé en 2019 en raison de ses impacts négatifs, les négociations ont repris, portant l’espoir d’un compromis bénéfique pour toutes les parties impliquées.

  • Clarification et régulation des procédures d’attribution des permis.
  • Augmentation des redevances de l’État de 2 % à 5 %.
  • Engagement envers la responsabilité environnementale et sociale.

Ces avancées, couplées aux défis persistants, dessinent un futur complexe pour Madagascar. La mise en application du nouveau code sera décisive pour déterminer si le pays peut véritablement tirer parti de ses richesses minières tout en préservant son environnement et en améliorant la vie de ses citoyens.

Notez ce post

Laisser un commentaire