Notez ce post

Plus d'informations : Le jeu de chaises musicales de la Maison Blanche : Joe Biden se retire et Kamala Harris prend le relais, le pays en suspens

You are currently viewing Les mangroves du Honduras : comment l’élevage de crevettes transforme l’écosystème et menace la biodiversité locale

Les mangroves du Honduras : comment l’élevage de crevettes transforme l’écosystème et menace la biodiversité locale

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:International
  • Commentaires de la publication :0 commentaire

La perte des mangroves : un écosystème en péril

Imaginez voir disparaître un lieu riche en vie sauvage sous vos yeux. Dans le sud du Honduras, le golfe de Fonseca subit une transformation radicale due à l’élevage intensif de crevettes. Les mangroves, cruciales pour la biodiversité et la protection contre les ouragans, sont remplacées par des bassins artificiels. Ce phénomène a déjà eu un impact dévastateur sur les populations locales de poissons et de crustacés, essentiels pour les communautés de pêcheurs.

Ces forêts de marais maritimes, autrefois luxuriantes, jouaient un rôle de barrière naturelle. Aujourd’hui, les eaux de la mangrove, avec leur teneur en sel, sont utilisées pour promouvoir une industrie lucrative. Depuis les années 1970, la superficie dédiée à la crevetticulture a explosé, engendrant une perte significative de biodiversité et modifiant l’équilibre écologique de la région.

A découvrir également : À l'approche des élections : le parti conservateur britannique face à une possible déroute majeure

Un modèle économique controversé

L’élevage de crevettes au Honduras n’est pas seulement une question environnementale, c’est aussi un enjeu économique majeur. Avec 36 000 tonnes de crevettes produites en 2023, le pays est devenu un acteur important sur le marché mondial. Cette industrie prétend soutenir 120 000 emplois dans un pays où le taux de pauvreté est alarmant. Mais à quel prix pour l’environnement et pour les générations futures?

Autour du golfe de Fonseca, l’industrie de la crevette a conduit à la transformation radicale de 24 500 hectares de mangrove. Cette expansion s’est accompagnée de la destruction d’habitats naturels, repoussant les pêcheurs locaux et altérant la faune et la flore. Les digues construites pour séparer les bassins interfèrent avec les écosystèmes locaux, changeant la dynamique des marées et affectant la reproduction des espèces aquatiques.

A voir aussi : La flotte de navires russes : Une façade pour des missions d'espionnage en mer du Nord

La résistance des communautés locales

Face à cette exploitation, des voix s’élèvent. Modesto Ochoa, à la tête de l’association de pêcheurs de La Berberia, combat depuis des décennies les pratiques des fermes crevettières. Les communautés locales, autrefois dépendantes de la pêche traditionnelle, se trouvent contraintes de réagir. Les manifestations et les blocages de routes sont devenus des moyens de défense contre l’accaparement des ressources naturelles.

Les habitants, comme ceux du secteur de La Berberia, subissent les conséquences directes de cette industrie. Les pêcheurs rapportent une baisse drastique de leurs prises, passant de 45 kilos de poisson par jour à seulement deux ou trois. Cette réduction des ressources affecte non seulement leur subsistance mais aussi la sécurité alimentaire de toute la région.

  • Impact sur la biodiversité
  • Perte de moyens de subsistance pour les pêcheurs locaux
  • Transformation écologique et sociale du golfe de Fonseca

Ce changement de paysage soulève une question cruciale : jusqu’où irons-nous pour répondre à la demande internationale, au détriment de nos écosystèmes et de nos communautés? Les mangroves du Honduras sont un cri d’alarme, nous rappelant la fragilité de notre environnement et l’urgence de protéger ces trésors naturels pour les générations futures.

Notez ce post

Laisser un commentaire