Notez ce post

Recommandé pour vous : Sonia Seneviratne, scientifique du GIEC : il faut accepter les réalités d'un climat en mutation et agir

You are currently viewing Les mangroves honduriennes : un écosystème en péril face à l’expansion dévorante de la crevetticulture

Les mangroves honduriennes : un écosystème en péril face à l’expansion dévorante de la crevetticulture

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Planète
  • Commentaires de la publication :0 commentaire

Un berceau de biodiversité menacé

Imaginez des étendues de forêts denses, baignées par les eaux salées du golfe de Fonseca, au sud du Honduras. Ces mangroves, essentielles à la biodiversité marine, sont aujourd’hui en danger. Des centaines de bassins rectangulaires, destinés à l’élevage intensif de crevettes, occupent désormais ces terres autrefois vierges, bouleversant l’équilibre écologique local.

Les mangroves jouent un rôle crucial non seulement pour les espèces marines, mais aussi comme barrières naturelles contre les ouragans de plus en plus violents. Cependant, l’attrait économique de la crevetticulture pousse à la conversion de ces zones en fermes aquacoles, réduisant ainsi l’habitat naturel de nombreuses espèces et affectant les populations de poissons et de crustacés.

Pour approfondir : Toujours plus de poulet et moins de bœuf et de porc : la consommation totale de viande fléchit en 2023

Un impact économique à double tranchant

Depuis les années 1970, la crevetticulture a pris un essor considérable au Honduras, propulsé par la demande croissante du marché international. Cette industrie prétend avoir créé environ 120 000 emplois, ce qui est non négligeable dans une région où plus de 60% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Mais à quel prix pour l’environnement et les communautés locales?

Les fermes de crevettes, couvrant aujourd’hui plus de 24 500 hectares, ont été établies aux dépens des mangroves, entraînant une réduction drastique des zones de pêche traditionnelle. Modesto Ochoa, un acteur clé dans la défense des écosystèmes locaux, témoigne de la diminution catastrophique des rendements de pêche, passant de 45 kilos à peine deux ou trois kilos de poisson par jour.

Autres sujets intéressants : Paris 2024 : une pétition lance un défi éthique, le retrait du foie gras des menus VIP soulève des interrogations

Les conséquences écologiques d’une industrie florissante

Le développement des bassins crevettiers n’est pas sans conséquences pour l’environnement. Le pompage de l’eau des estuaires et le rejet de sédiments chargés en nutriments nuisent gravement à la qualité de l’eau. Cette pollution a entraîné la raréfaction, voire la disparition, de certaines espèces autrefois communes dans le golfe de Fonseca.

Cette transformation radicale de l’écosystème affecte non seulement la faune et la flore, mais aussi les communautés de pêcheurs qui dépendent de ces ressources pour leur survie. Les pratiques de l’industrie crevettière sont donc en contradiction directe avec les principes de développement durable et de conservation de la biodiversité.

  • Étendue des mangroves détruites pour l’élevage de crevettes.
  • Impact sur les populations locales et leur mode de vie traditionnel.
  • Conséquences à long terme sur la biodiversité marine et la qualité de l’eau.

Face à ce tableau sombre, des questions se posent sur l’avenir de ces écosystèmes vitaux. Comment les communautés locales et les autorités peuvent-elles collaborer pour protéger les mangroves tout en soutenant le développement économique? Ce défi appelle une réflexion profonde sur les pratiques de développement durable et le respect de l’environnement. Chaque action compte pour préserver notre planète.

Notez ce post

Laisser un commentaire