Notez ce post

À explorer : Impact croissant du changement climatique sur la biodiversité fragile du parc des Ecrins : que pouvez-vous faire?

You are currently viewing Toujours plus de poulet et moins de bœuf et de porc : la consommation totale de viande fléchit en 2023

Toujours plus de poulet et moins de bœuf et de porc : la consommation totale de viande fléchit en 2023

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Planète
  • Commentaires de la publication :0 commentaire

2023 : pourquoi vous mangerez plus de poulet mais moins de bœuf et de porc cette année

Une baisse généralisée de la consommation de viande

En 2023, la France a observé une réduction notable de la consommation de viande par habitant, avec un repli moyen de 1.7%. Sur une période de vingt ans, cette diminution atteint les 5.8%. Ce phénomène, survenant après une hausse durant les années 2021 et 2022, s’explique principalement par une forte inflation des prix, notamment pour le bœuf, dont le coût a grimpé de 7.8% cette année.

À ne pas manquer : L'avenir incertain de l'uranium au Niger : la France perd-elle son influence sur le marché mondial ?

Cette tendance à la baisse soulève des questions sur les habitudes alimentaires et sur le pouvoir d’achat des consommateurs, surtout dans un contexte où de nombreux Français révisent leurs dépenses essentielles.

Le poulet gagne du terrain

Malgré la baisse générale, le poulet fait figure d’exception en enregistrant une hausse de consommation de 3.7% en 2023, doublant presque sa présence dans l’alimentation des Français en vingt ans. Le poulet, souvent perçu comme une option plus saine et moins coûteuse, remplace progressivement le bœuf dans les assiettes.

Suggestions de lecture : La justice autorise l'emploi de l'herbicide Avanza dans les rizières de Camargue : quelles sont les implications ?

Cette préférence pour la volaille pourrait être interprétée comme un signe de changement dans les préférences alimentaires, où le prix et la perception de la santé jouent un rôle prépondérant.

Impact sur l’agriculture et la production nationale

Les données montrent également un recul des importations de viande de 1.4%, bien que la part de viande importée reste élevée, avec un tiers de la consommation totale et 50% pour le poulet. Cette situation met en lumière la concurrence étrangère et les défis auxquels sont confrontés les éleveurs français.

Les élevages nationaux subissent une réduction de leur cheptel, notamment les vaches productrices de viande, dont le nombre a diminué de 11% de 2016 à 2022, en raison des difficultés économiques du secteur. Cette décapitalisation forcée souligne les tensions dans le secteur agricole français.

  • Consommation de bœuf en 2023 : 21.3 kg par habitant
  • Consommation de poulet en 2023 : 23.3 kg par habitant
  • Augmentation des prix du bœuf : +7.8% en 2023
  • Baisse globale de la consommation de viande : -1.7% en 2023
  • Part de la viande importée en France : 33%

La transition vers des options de viande perçues comme plus économiques et saines est un phénomène qui pourrait continuer à façonner les habitudes alimentaires en France. Alors que le coût de la vie continue d’influencer les choix des consommateurs, il devient crucial de suivre ces évolutions pour comprendre les futures tendances de consommation et leurs impacts sur l’agriculture nationale. Ce changement de paradigme alimentaire vous concerne-t-il ? Comment adaptez-vous votre alimentation face à ces évolutions ?

Notez ce post

Laisser un commentaire