Notez ce post

A lire en complément : Némésis : un collectif féministe de droite utilise la xénophobie pour influencer les débats publics

You are currently viewing Une révolution silencieuse à Avignon : comment deux femmes redéfinissent les règles du théâtre sur ses plus grandes scènes

Une révolution silencieuse à Avignon : comment deux femmes redéfinissent les règles du théâtre sur ses plus grandes scènes

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Société
  • Commentaires de la publication :0 commentaire

Le pouvoir féminin sur les planches d’Avignon

Imaginez un monde où les scènes les plus prestigieuses sont dominées par les voix féminines, un monde où la diversité et l’originalité triomphent de la tradition. C’est ce qui se déroule au Festival d’Avignon, où Tiago Rodrigues, directeur du festival, a invité cette année non pas une, mais deux femmes metteuses en scène à présenter leurs œuvres sur les grands plateaux.

Angelica Liddell et Marta Gornicka, deux artistes dotées d’une vision unique, apportent une nouvelle perspective au festival. Leurs pièces, « Dämon. El funeral de Bergman » et « Mothers. A Song for Wartime », respirent non seulement l’audace artistique mais aussi une forme de défi sociétal, marquant la fin d’une longue époque de prédominance masculine dans ces lieux historiques.

Recommandé pour vous : Bernard Preynat, ex-prêtre condamné pour agressions sexuelles sur mineurs, est mort

Quand l’art rencontre l’ampleur

Caroline Guiela Nguyen, une autre force créatrice, prend le large avec « Lacrima » au Gymnase Aubanel. Sur une scène de 18 mètres de large, elle tisse un spectacle autour de la broderie de la robe de mariage de la reine d’Angleterre, avec un détail saisissant : les mains de l’artisan travaillant 2 500 000 perles. Ce détail n’est pas juste un acte de création, mais une métaphore de la précision et de l’attention que ces femmes apportent à leur art.

Nguyen, en particulier, exprime une préférence pour les « boîtes noires », des espaces où elle peut contrôler chaque millimètre, rejetant pour l’instant l’idée de performances en plein air. Son approche montre que la grandeur n’est pas toujours nécessaire pour exprimer la puissance ou l’autorité artistique.

À explorer : La précarité cachée : comment les chauffeurs d'Expotrans luttent sans salaire et sans protection

Les défis et les victoires des femmes dans le théâtre

Lorraine de Sagazan, qui a commencé sa carrière dans le petit Théâtre de Belleville à Paris, souligne un chemin progressif vers la réussite. Actuellement, elle prépare « Léviathan » pour une future représentation à l’Odéon-Théâtre de l’Europe en 2025. Sa progression illustre comment la patience et la persévérance ont aidé ces femmes à élargir leurs horizons et à conquérir de nouveaux espaces.

La route n’a pas été sans obstacles. De Sagazan reconnaît que malgré des avancées significatives, les attentes envers les femmes dans le théâtre demandent souvent une forme d’excellence parfois plus rigoureuse que celle exigée des hommes. Ce combat pour la reconnaissance et la légitimité reste un enjeu crucial.

  • Les défis persistent : malgré des avancées, les exigences envers les femmes restent élevées.
  • Les victoires se multiplient : de nouveaux espaces et des approches innovantes marquent le théâtre moderne.
  • L’importance de la diversité : elle enrichit le théâtre, apportant de nouvelles voix et perspectives.

Le Festival d’Avignon de cette année n’est pas juste une célébration du théâtre; c’est un témoignage de changement, un signe que les plateaux autrefois dominés par une seule voix commencent à vibrer avec les récits de plusieurs. Les femmes, avec leur créativité et leur détermination, redéfinissent les règles du jeu, prouvant que la diversité n’est pas seulement nécessaire pour la justice sociale, mais aussi pour la richesse artistique. Ce que vous voyez sur scène n’est pas seulement un spectacle; c’est l’avenir en train de se dérouler.

Notez ce post

Laisser un commentaire